28 août 2016

Sunday's books #95.

Sunday's books est un rendez-vous hebdomadaire crée par Saefiel, et la récapitulation se fait sur son blog.
Pour ma part, il y aura trois parties:
« Mes petites lectures » qui reprend mes lectures passées, en cours, et à venir, comme le C'est lundi.
« L'espace cocon » qui remplace le Lifetime car je n'aime pas spécialement parler de ma vie, alors je parlerai plutôt plutôt de choses comme séries, photos, etc, à voir.
« Côté blogs » qui récapitule mes articles de la semaine et où je partagerai les chroniques qui m'ont marquée sur les blogs que je suis activement.

---
---

Ce que j'ai lu cette semaine:

J'ai passé une très bonne semaine, ma foi. Et je suis actuellement en plein Week-end à 1000 ! Concernant mes lectures: Lord Scandale a été une chouette romance historique, qui m'a fort charmée, et Half Bad T2 a été un coup de ♥ encore plus que grand que le T1 ! Quant au Journal de Mr Darcy, ce fut une lecture para austenienne bien agréable.

Ce que je suis en train de lire en ce moment:



The Selection, book 4: The Heir (VF: La Sélection, tome 4: L'héritière) de Kiera Cass.
Princess Eadlyn has grown up hearing endless stories about how her mother and father met. Twenty years ago, America Singer entered the Selection and won the heart of Prince Maxon -and they lived happily ever after.
Eadlyn doesn't expect her own story to end in romance -she has no interest in repeating the fairy tale. But a princess's life is never entirely her own -and Eadlyn cannot escape her very own Selection, and one particular entry who may just capture her heart...




Ce que je vais lire ensuite:

Je pense que je lirais ensuite Le cœur de Lucy T1 et, je ne suis pas sûre, peut-être Mais c'est à toi que je pense pour change totalement de genre car sinon je risque de faire une overdose d'historique ou de romances, là ^^

---
---

• Le film de ces deux semaines •

- Nerve (17/20): Je ne peux pas comparer avec le livre, puisque je ne l'ai pas lu, mais Nerve m'a fait passé un très bon moment ! L'histoire ne casse pas trois pattes à un canard néanmoins les acteurs sont bons et la tension est là ;)

---
---

Sur le blog cette semaine:

Challenge: Week-end à 1000.

Chez les autres:

- Galleane nous parle des romans adaptés au cinéma en ce moment: ici.
- Livrement vôtre a adoré Une braise sous la cendre T1 et Gardiens des cités perdues T3, pour mon plus grand plaisir !


Je vous souhaite une bonne semaine et de belles lectures !
Bisous ♥

Genre: Romance historique, réécriture.

Le journal de Mr Darcy d'Amanda Grange.

Résumé:

« La seule chose qui me hante alors que j'écris est le regard que je surpris de la part de Miss Elizabeth Bennet lorsque je fis remarquer qu'elle n'était pas assez belle pour me donner envie de danser. Si je ne savais que c'était impossible, je dirais qu'il était ironique. »
A travers la rédaction de son journal, Darcy nous dévoile les tréfonds de son âme. Déchiré entre les devoirs de l'honneur dus à son rang et ses sentiments naissants pour Elizabeth, il s'interdit de tomber amoureux.

Mon avis, 15/20.

Le journal de Mr Darcy n'est pas un roman qui révolutionne le genre « para autenien » mais l'engouement est là, non sans un minimum de qualité dans le récit et les idées prêtées à Darcy.
Ce livre se dévore vraiment sans faim. Son format de journal intime nous pousse à lire un jour de plus, et encore un autre, nous remémorant avec joie l'histoire originale !

---
En bref:
Les -: Parfois trop « simple ».
Les +: La lecture est fluide, l'auteur utilise bien l'histoire et les personnages.
---

« Elizabeth se retrouva seule. Mortifié, je déclarai aussitôt:
- Ce chemin n'est pas assez large pour nous quatre. Nous devrions marcher dans l'allée principale.
Mais Elizabeth, pas le moins du monde vexée d'être traitée avec tant de grossièreté, se contenta de sourire avec malice et de dire que nous formions un si joli groupe qu'il serait dommage de le gâcher par l'addition d'une quatrième personne.
Sur ces mots, elle nous salua et s'enfuit gaiement, comme une enfant brusquement libérée de la salle d'étude. En la regardant courir, je sentis mon humeur s'éclaircir. J'eus l'impression d'être soudain libéré moi aussi, débarrassé de la dignité compassée de mon mode de vie, et je fus pris de l'envie de m'élancer après elle.
- Miss Elizabeth Bennet se tient aussi mal que ses sœurs, fit remarquer Caroline d'un ton moqueur.
- Elle se comporte moins mal que nous, répliquai-je, irrité. C'est une invitée dans la maison de votre frère, et à ce titre, elle mérite notre respect. Elle ne devrait pas essuyer ni notre négligence, ni encore moins notre médisance sitôt qu'elle a le dos tourné.
Caroline eut l'air stupéfaite, puis contrariée, mais mon visage fermé la réduisit au silence. Bingley peut bien se moquer de mes expressions sinistres, elles n'en ont pas moins leur utilité. »

Le journal de Mr Darcy est une lecture qui m'avait toujours attirée, ayant sincèrement bien aimé Orgueil et Préjugés et appréciant également de temps en temps les lectures para austeniennes. Mais, il est vrai que je l'ai longuement fait mariner dans ma WL et c'est la #GrosseOP de Milady il y a peu qui m'a poussé à sauter le pas. Lu dans le cadre du Week-end à 1000, je ne m'attendais pas à mieux qu'une lecture légère, rapidement, et plaisante ! Je me suis bien amusée et ce roman m'a permis de me replonger avec joie dans la fameuse histoire de Lizzie et Darcy.
Orgueil et Préjugés est un classique de la littérature et plus encore: le roman phare de Jane Austen. Même ceux qui ne l'ont pas lu le connaissent au moins grâce à son titre et/ou sa réputation. Une histoire d'amour, non sans une belle critique de la société à cette époque à travers les personnages, les répliques, et la plume de l'auteure elle-même. Sans que ce soit le coup de foudre pour ma part, ça reste une historie que j'affectionne et les réécritures ou les inventions dans cet « univers » attise toujours ma curiosité.
Le journal de Mr Darcy a le mérite de reprendre et suivre l'histoire originale à la lettre. Nous ne sommes pas dépaysés et les libertés prises par l'auteur s'imbriquent donc très bien au sein du récit. Cette réécriture du point de vue du célèbre Darcy nous invite à côtoyer d'avantage des personnages du roman original: Bingley, Caroline, et aussi Georgiana. Les relations dans ce cercle proche ont été très bien reprises par Amanda Grange, qui a su, je trouve, cerner leurs personnalités, leurs extravagances, ou leur hypocrisie.
Je trouve cette lecture complémentaire à Orgueil et Préjugés, même s'il ne s'agit d'ici que de possibles hypothèses, possibles conversations, et possibles sentiments, quant aux événements issus de l’œuvre de Jane Austen. Il est plaisant de suivre Darcy et Bingley, leur vie à Londres, leurs dilemmes, leur amitié, et les sentiments naissants que notre cher et ténébreux Darcy cherche à réfréner aussi bien chez lui que chez son ami. J'ai beaucoup aimé la présence de sa sœur, Georgiana, et de découvrir avec le roman d'Amanda Granger un profond lien entre eux deux.
En conclusion: Si Le journal de Mr Darcy ne révolutionne pas le genre, il est loin d'être décevant pour autant. C'est une lecture agréable, très fluide, peut-être simple par moment mais qui respecte tout de même les personnages et leur personnalité. Retrouver la vivacité d'esprit d'Elizabeth, ses joutes verbales avec Darcy, s'imaginer l'envers du décor d'Orgueil et Préjugés et les sentiments de Fitzwilliam Darcy, m'a permis de passer un bon moment.

« Bingley était prêt pour se rendre à Longbourn une demi-heure trop tôt. 
- Nous ne pouvons pas y aller maintenant, lui dis-je bien que je fusse aussi impatient que lui.
- Nous pourrions être retardé en chemin.
- Pas sur un trajet si court !
- Mais Jennings ne voudra pas forcer les chevaux.
- Nous serons en avance à Longbourn, même en allant au pas d'un bout à l'autre.
- Et si un arbre s'était abattu sur la route ?
- Nous le contournerions.
- Mais la voiture pourrait perdre une roue.
- Nous ne pouvons partir avant une demi-heure, rétorquai-je en m'asseyant avec un livre.
J'aurais aimé être aussi sûr de moi que j'en donnais l'impression. J'étais aussi impatient que Bingley, mais cette hâte était tempéré par une réticence. Il avait le bonheur de savoir que ses sentiments étaient partagés. Je n'avais pas de telles certitudes. Revoir Elizabeth ! J'osais à peine y songer. Quelle joie si elle m'accordait un sourire ! Quelle souffrance si elle fuyait mon regard !
Bingley s'approcha de la fenêtre.
- Vous devriez faire comme moi, et prendre un livre.
Il s'avança vers moi, m'ôta le volume des mains, le retourna et me le rendit:
- Vous serez plus à l'aise en le tenant à l'endroit. »

Je le conseille à: Ceux qui aiment Orgueil et Préjugés, mais également les lectures para austenienne et les romans qui s'essaient à réécrire ou réinventer l'histoire. Dans la même veine, je conseille d'ailleurs Charlotte Collins et Caroline Bingley de Jennifer Becton :)

Prochaine lecture: La Sélection, tome 4: L'héritière (en VO) de Kiera Cass.

27 août 2016

Genre: Fantastique, YA.

Half Bad, book 2: Half Wild (VF: Half Bad, tome 2: Nuit rouge) de Sally Green.

 Résumé:

Nathan Byrn is on the run.
White Witches hunt him, Black Witches hate him.
His Gift from his murderous father is a wild new power he can't control.
He must find the girl he loves, who may have betrayed him.
In a war between Black and White Witches with his loyalties split between both, the greatest danger Nathan faces might be himself...


Mon avis, 20/20.
Coup de 

Pfiouu. Quel second tome ! Le premier avait été un coup de cœur imprévisible, mais celui-ci a été un coup de cœur que j'attendais de pieds fermes ! Et ça n'a pas loupé.
Half Wild est encore plus passionnant, plus complexe, plus sombre, que Half Bad. J'ai retrouvé un de mes personnages favoris, Nathan, pour une aventure qui est loin de laisser indifférent tant la tension est là de A à Z.

---
En bref:
Les -: Un rythme lent, parfois.
Les +: L'univers sombre et très peu manichéen, les personnages de Nathan et Gabriel.
---

« 'The stupid thing is that I hate him for that. Not for killing people, not for eating their hearts, but because he left me when I was a child and then he left me again.'
'You don't hate him. You're angry at him.' Gabriel laughs a little. 'Which at least means you're not giving him special preference as you're angry at most people most of the time.'
I swear at him and then I say, 'I'm glad you're alive, Gabriel. Someone else for me to be angry at.' »

J'ai eu peur de la déception, c'est vrai. J'en attendais un minimum, cette fois, je l'avoue également. Et pourtant, le coup de cœur a réussi à être encore plus puissant que pour le tome précédent ♥ Half Wild est un condensé de ce que j'aime: un univers très sombre, des personnages complexes, des enjeux qui rendent le tout intéressant, passionnant, et ni tout blanc ni tout noir (alors que le monde est pourtant divisé entre deux camps distincts: Sorcières Blanches et Sorcières Noires). J'ai aimé cette lecture, mais à un point... Ce fut magiquement magistral !
Nathan a passé la cérémonie de ses 17 ans grâce à son père biologique et a reçu par la même occasion, son Don. Cette brève rencontre et ce don dangereux, qui s'impose à lui très vite, ne le laissent qu'avec d'avantage d'interrogations à propos de lui-même et de sa lignée. Nathan est perdu, surtout quand il apprend que durant ces quelques mois coupés du Royaume-Uni, le Conseil a changé et que la cruauté, ainsi que les interdictions, s’accrut autant bien envers les Sorcières Noires que sur les Sorcières Blanches.
Nathan est toujours ce personnage que j'aime, que j'aime vraiment de tout mon cœur. Je l'aime d'un amour sans limites. Et ce second tome explore toute la belle complexité de ce personnage. Étant à la fois Sorcière Blanche et Sorcière Noire, mais ne faisant pourtant partie d'aucune communauté: il ne sait plus qui il est et quelle est sa place. Cette impression est renforcé par son Don, qu'il tient de son père. Le bien et le mal lui semble encore moins délimité et, lui, qui ne pensait ne jamais faire aucun mal se retrouve piégé par son instinct de survie et le goût de la rébellion.
Rejeté, accablé, par un camp, méprisé ou ignoré par l'autre, Nathan peut tout de même compter sur quelques alliés et amis. J'ai retrouvé pour le plus grand plaisir Gabriel, qui lui aussi est un coup de cœur en matière de personnage. Son amour et sa loyauté pour Nathan me touche à un point inimaginable. Leur alchimie est également si belle ! Mais d'autres rencontres viennent lui apporter un quelconque soutien: une étrange Van et un sarcastique Nesbitt.
L'empreinte et la présence de Marcus, le père de Nathan, est toujours aussi palpable. C'est un personnage dont on se fait une idée à travers les fantasmes de Nathan et les rumeurs qui circulent. Et, contre toute attente, c'est également un personnage qui nous charme (qui m'a du moins totalement charmée) malgré la rareté de ses apparitions. La quête d'identité personnelle de Nathan reste au centre du récit et dans Half Wild, Nathan commence à avoir des réponses, sur lui, sur son père aussi. Cette précieuse quête est ce qui rend la limite entre le bien et le mal particulièrement floue autant pour nous lecteur, que pour notre protagoniste.
En conclusion: Quel tome ! Quelle saga ! Je suis totalement charmée par la dureté et la cruauté de ces Sorcières, qui ne viennent pas toujours de là où on le pense. Je suis charmée par l'atmosphère tendue, sombre, originale, qui s'en dégage. Pour moi, Half Bad est une petite pépite, une de ces sagas que l'on à la fois envie de conseiller à tout le monde et à la fois envie de garder jalousement pour soi.

« He turns to me. 'You should learn from us, Nathan. Look at yourself. You are like me. I've been looking for your mother in you and -' he shakes his head -'I don't see her at all. I see me. Black.'
And I know he's right. »

Je le conseille à: Ceux qui sont tentés par cette saga. Faites-vous rapidement votre idée ! Et si vous aimez les univers complexes et sombres, Half Bad peut être pour vous.

Prochaine lecture: Le journal de Mr Darcy d'Amanda Grange.

26 août 2016

Week-end à 1000 #8.

Coucou !
Enfin un petit Week-end à 1000, ça faisait longtemps ! Ca fait également longtemps que je n'en ai pas réussi un, d'ailleurs. Si on regarde les deux ou trois derniers challenges, ce fut une petite cata... Mais soyons optimiste cette fois ! Tout est possible :D

Mes lectures sélectionnées:

Half Bad, tome 2: Nuit rouge (en VO) → 400 pages.
Le journal de Mr Darcy → 397 pages.
La Sélection, tome 4: L'héritière (en VO) → 342 pages.

→ Pour un total de 1139 pages.

Vendredi 26 août:

17h30: A quelques heures du début du challenge, ma PAL à lire est encore incomplète. Je ne sais pas quoi choisir. Des lectures légères et/ou qui se lisent vite, ok, mais quoi ?? J'ai Half Wild et The Heir, mais que choisir d'autre ? Livrementvôtre vient à mon secours sur twitter et c'est de fil en aiguille que je me dirige enfin vers Le journal de Mr Darcy

18h: Les lecteurs français commencent leur challenge tandis que j'ai encore une heure à tuer et que... je me décide enfin à faire mon article ;)

19h25-21h: Je commence ma première lecture, et il s'agit du T2 d'Half Bad et en VO. Pendant une heure et demie, je lis seulement une centaine de pages (je lis plus lentement en anglais), mais ce second tome commence à la perfection ♥

22h10: Moment détente à regarder des vidéos, passer du temps en amoureux, et manger un petit plat indien commandé (qui est super bon mais qui arrache...) parce que cuisiner en plein Week-end à 1000 ? No way! Je pense reprendre bientôt la lecture, surtout avant de dormir. L'objectif serait de me coucher avec 250 pages lues. A voir ;)

23h30-1h30: Il m'a fallu deux heures, mais je suis arrivée au bout de mon objectif du jour ! J'avoue ne pas avoir vu passer ces deux heures, d'ailleurs... Half Wild est absolument passionnant. Et quel bonheur de retrouver Nathan !

Samedi 27 août:

13h35: Un peu de lecture, une cinquantaine de pages avalées et je vais me faire réchauffer un petit plat. Half Wild se dévore tout seul, j'arrive bientôt à la fin et que de tension, que de tension ! Et que de personnages encore plus attachants ! Je suis en tout cas à 314 pages / 1000, pour le moment.

15h17-16h30: Je m'installe ENFIN en vue de terminer Half Wild, et c'est ce que je fais: Je dévore, avide, la fin. Et j'arrive à 400 pages lues / 1000 pour ce challenge !

18h47: J'ai rédigé ma chronique dans la foulée (je le fais toujours sinon j'oublie ce que je souhaite dire, surtout si je me lance dans une nouvelle lecture), et vous pouvez la retrouver: ICI. Ce second tome d'Half Bad a été un coup de cœur encore plus grand que le tome précédent, si vous voulez savoir ♥

19h45-20h20: Un petit peu de lecture pendant que l'amoureux cuisine le dîner :) Je lis une cinquantaine de pages, soit 11% du Journal de Mr Darcy. Une lecture qui s'avère déjà plaisante !

20h55: J'attends (im)patiemment que la tablette recharge parce que je ne vais pas avancer bien loin dans ma lecture avec 10% de batterie...

23h03: Je viens de lire une petite heure, continuant tranquillement ma lecture. Si Le journal de Mr Darcy n'est pas une grande révélation, le roman m'amuse bien et me permet de me replonger dans l'histoire originale avec joie ! Et puis... Ça se lit tout seul, et je suis à 535 pages lues / 1000 pour le moment.

01h27: Je n'ai pas vu le temps passer et je vais m'arrêter à cent pages de la fin de mon livre ! J'ai dépassé mon objectif qui était d'arriver à 600 ou 650 pages ce soir (je suis même à 695), je suis contente de moi. D'autant que je prends plaisir à lire !

Dimanche 28 août:

11h24-12h15: Il me restait une petite centaine de pages du Journal de Mr Darcy et je les ai dévoré d'un seul coup (moi qui pensais le faire en deux fois) ! Ça se profile bien pour moi puisque je suis désormais à 797 pages / 1000. C'est positif !

15h16: J'ai mangé, je me suis reposée, j'ai joué un peu sur la tablette, et, surtout, je viens de finir d'écrire ma chronique sur Le journal de Mr Darcy et de la publier ! Vous pouvez la trouver: ICI. Une lecture vraiment agréable, au final, qui m'a permis de me replonger dans la romance entre Lizzie et Darcy.

16h30: Je commence tranquillement La Sélection T4 (en VO), histoire de prendre la température de ce nouveau tome et nouvelle histoire ! Et je lis une trentaine de pages avant d'aller prendre un petit goûter (le Week-end à 1000 sans nourriture n'est PAS un Week-end à 1000 ^^).

19h19: Je ressors de ma lecture après avoir atteint les cents premières pages, soit 32% du roman. Même si Eadlyn est effectivement insupportable, comme je l'avais lu, j'y retrouve cette petite saveur de paillettes et c'est sympa !

19h20: Point challenge. Je suis exactement à 95 pages des 1000 pages, ce qui est plus que prometteur ;) Je vais m'octroyer une petite pause et puis on verra jusqu'où je vais aller ce soir: 1000 pages tout pile ou un peu plus ?

A suivre...

25 août 2016

Genre: Romance historique.

Les célibataires, tome 1: Lord Scandale d'Emma Wildes.

Résumé:

Une querelle ancestrale oppose les St. James au comte de Hathaway. Or ce dernier détient un objet qui peut leur nuire: la clé d'un mystérieux tombeau. Alexander St. James est donc chargé par sa grand-mère de la récupérer et, une nuit, il s'introduit au domicile du comte. C'est alors qu'il est surpris par la fille de la maison, dont l'angélique beauté le foudroie. Lui, le libertin notoire, s'éprendre d'une ingénue ? Cela n'a pas de sens.
Mais lorsqu'il revoit lady Amelia, il la trouve encore plus fascinante. Il ignore pourtant qu'un terrible secret de famille leur interdit à tout jamais de s'aimer...

Mon avis, 17/20.

Eh bien, pour être honnête, Lord Scandale a été une romance historique tout à fait rafraîchissante et qui n'a pas fait long feu entre mes mains ! Aussitôt commencée, aussitôt terminée.
Lady Amelia et Alexander St. James sont deux personnages qui nous offrent une romance douce, drôle, et fraîche. Leur duo marche du début jusqu'à la fin et arrive à surprendre le lecteur habitué au genre !

---
En bref:
Les -: /.
Les +: Un couple bien assorti, une romance rafraîchissante.
---

« - C'est juste que je préfère ne pas trop danser.
Ce qui n'était pas un mensonge, même si elle adorait danser. Mais il était plus sage d'éviter tout surmenage. Et elle préférait en effet éviter ce qui pourrait arriver si elle dansait trop.
- Je ne danse moi-même que de façon occasionnelle.
Pourquoi avait-elle l'impression qu'il se moquait d'elle ? Elle plissa les yeux. A la lueur de la lune, elle essaya de jauger son expression, mais n'y vit rien de plus que le haussement d'un sourcil à peine inquisiteur.
- Bien, reprit-il, maintenant que nous avons établi notre dédain mutuel pour les valses, que diriez-vous de marcher un peu dans le jardin avec moi ?
- Nous n'avons même pas été présentés.
- Ma chère, nous nous sommes embrassés. Existe-t-il meilleure présentation ? »

Je ne sais plus pour quelle raison Lord Scandale s'est retrouvé dans ma WL, et ensuite dans ma PAL, mais le moins que le puisse dire, c'est que j'ai eu raison ;) Je commence à devenir un peu exigeante en matière de romances historiques et celle-ci a su ranimer mon entrain pour le genre. En effet, ce premier tome possède tous les ingrédients d'une romance addictive et intéressante !
Alexander St. James doit récupérer une clef chez le comte de Hathaway. Ce que renferme cette clef, il n'en a aucune idée; le jeune homme sait seulement que celle-ci appartient à sa famille et qu'il vaut mieux cambrioler le comte plutôt que de la lui demander puisque leurs deux familles se haïssent. Mais la belle mission confiée par sa grand-mère échoue, et pour compléter le tout, il se fait prendre par Lady Amelia, qui a décidé de rentrer plus tôt que prévu chez elle. Un face à face qui ne laisse de marbre aucune des deux parties. Et pour cause, cet imbécile d'Alexander lui vole un baiser !
Lord Scandale se joue des convenances, nous présentant une jeune femme indépendante, intelligente, et qui se fiche pas mal des étiquettes et des obligations. Lady Amelia n'a donc pas fini de trouver Alexander St. James intéressant... Lui, dont la rumeur le qualifie de coureur de jupons et de célibataire insaisissable. Elle prend même les devants, ce qui a de quoi nous délecter et délecter son prétendant.
En plus de trouver les étiquettes injustes, Lady Amelia n'aime pas les mondanités (et elle fait de l'asthme !). La foule l'oppresse et l'attention portée à sa première saison la met mal à l'aise ; Elle évite les soirées et les soupirants qui lui tournent autour dès que possible, n'hésitant pas à fausser compagnon à son excentrique chaperon: sa tante Sophie. Ces particularités ont le don d'attiser comme jamais la curiosité d'Alexander St. James, qui se retrouve malgré lui embarqué par cette charmante jeune femme à la répartie et la franchise aiguisée.
Ce que j'ai particulièrement aimé dans cette romance, c'est le temps que prenne les deux personnages principaux pour s'apprivoiser. On sent à chaque instant leur attirance et leur besoin de se rapprocher, mais on se délecte du temps qu'il passe à apprendre à se connaître, à se taquiner, et à se chercher. Ici, le lecteur oublie les caches-caches et autre jeu du chat et de la souris habituels pour découvrir un duo qui n'hésite pas à être franc l'un envers l'autre. Alors que de subtiles cachotteries auraient pu se glisser ci et là, ce qui est finalement très rafraîchissant c'est qu'il n'y en ait pas. Lady Amelia et Alexander se font confiance.
Il était donc impossible pour moi de ne pas fondre devant deux personnages aussi adorables, mignons, et drôles. S'entendant à merveille et se laissant surprendre par leur idylle, ils surprennent également le lecteur qui se retrouve à suivre avec passion leur évolution.
En conclusion: Parsemée également de personnages secondaires sympathiques et d'une petite enquête, Lord Scandale est une romance qui fait mouche. Les deux protagonistes charment et séduisent le lecteur autant qu'ils se charment et se séduisent l'un l'autre. Moi qui suis habituée aux romances historiques, celle-ci m'a apporté son lot de tendresse, de passion, et d'amour que je ne retrouve dans aucune autre histoire d'amour. Malgré les codes du genre et les clichés, Emma Wildes arrive à nous servir une romance unique.

« - Puis-je te demander pourquoi tu as fait une chose pareille ?
- Il faut que je lui parle.
- Je répugne à te demander de quoi, mon enfant.
- Ne vous inquiétez pas, Cela n'a rien à voir avec le baiser que vous avez surpris l'autre soir.
- Dans ce cas, déclara Sophie à voix basse tandis qu'elles quittaient la pièce avec les autres, j'admets que je suis perdue.
- Je vous expliquerai plus tard, mais en attendant, pouvez-vous m'aider à voir Alex en privé quelques instants?
 Sophie, resplendissante avec quelques plumes d'autruche dans les cheveux et une robe violette qui mettait en valeur sa silhouette, ne montra aucune réaction, mais elle baissa encore la voix pour demander:
- Tu ne m'en demandes pas un peu trop, Amelia ? Quel genre de chaperon serais-je si je te permettais de passer du temps seule avec un homme ayant la réputation de lord Alexander ? Dont tu utilises le prénom de manière fort inconvenante, soit dit en passant.
- Le genre de chaperon qui me fait confiance pour me servir de mon cerveau, répliqua Amelia. »

Je le conseille à: Principalement aux amoureux de la romance historique. Les célibataires est une saga méconnue, et pourtant, ce premier tome mérite qu'on s'y intéresse ;)

Prochaine lecture: Half Bad, tome 2: Nuit rouge (en VO) de Sally Green.

23 août 2016

Genre: Contemporain.

Moi, la grosse de Matteo Cellini.

Résumé:

On n'est pas heureuse quand on a 17 ans et des kilos en trop. Beaucoup de kilos en trop. Dès qu'elle fait un pas hors du cocon familial, Caterina devient « Cate-la-grosse », « Cate-la-bouboule » ou « Cater-pillar ». Mais rien ne l'atteint, ni personne. Repliée sur son mal-être, elle est une forteresse imprenable.
A l'approche de son dix-huitième anniversaire, et de la fête en préparation, saura-t-elle enfin fêler la carapace des apparences ?


Mon avis, 12/20.

Moi, la grosse parle typiquement de sujets qui m'intéressent: le regard des autres, le rejet sociétal, ce qui est vu et traité comme différent, le mal-être... Le roman me tentait donc pas mal.
Malheureusement, j'ai un peu déchanté au fil de ma lecture. Je ne dirais pas que celle-ci fut mauvaise, mais elle a été en demi-teinte, c'est certain. Il y a de bonnes choses et d'autres bien plus brouillonnes.

---
En bref:
Les -: Une plume mal imagée, un rythme trop lent.
Les +: Des vérités sur la souffrance.
---

« Dans la salle de bains, je camoufle mes cernes et brosse mes cheveux en fixant mon reflet dans le miroir, jusqu'à ne plus rien voir. Puis je retourne dans ma chambre, je secoue mon frère qui se réveille: « Tu dois mettre les vêtements qui sont posés sur ta chaise, pas ceux qui sont dans la commode, rappelle-toi. » Je l'embrasse et disparais, mon sac sur le dos. Je disparais vraiment, chaque marche efface une lettre de mon prénom ; chaque marche est un coup de gomme. Quand je dis au revoir à ma mère devant la porte, je suis méconnaissable, et ce n'est pas parce que mon visage est presque entièrement caché par mon écharpe, c'est simplement que, comme le plus triste des super-héros, mon identité s'évanouit dès que je sors de chez moi, dès que je franchis le portail ; alors, je ne suis plus Caterina.
Je m'appelle Cater-pillar, à présent, ou encore Cate-la-bouboule. »

Moi, la grosse est un roman qui me tentait depuis sa sortie en grand format. J'ai sauté le pas quand il est sorti chez Pocket, et heureusement car ce n'est pas une histoire qui m'a au final très emballée. Si le résumé de départ était tout à fait dans mes cordes, j'en attendais toutefois autre chose que le récit qui m'a été servi. La protagoniste principale, Caterina, fait malheureusement partie des malus de l'histoire. Si je m'attendais à une adolescente en souffrance, déçue de la société, ou que sais-je, je ne m'étais pas attendue à tant de colère et de rancœur, qui la rende si distante par rapport au lecteur.
Caterina va avoir dix-huit ans, la majorité, un âge déterminant et qui sera célébré par une très grande fête. Être au centre de l'attention la rend malade. En effet, Caterina est du genre à rester discrète, détachée, à vivre repliée sur elle-même. La jeune fille souffre des regards et de la méchanceté gratuite des autres. Elle souffre de se sentir rejetée, inadaptée, et incomprise. Obèse, Caterina a tout le mal de monde à s'aimer et à s'accepter. 
Nous faisons la connaissance d'une adolescence dont le mal-être est pesant, dur, et de tous les instants. Caterina a grandi parmi les brimades, les gens qui la montraient du doigts, se moquaient, se permettaient de dire et penser des choses inadéquates, etc. En dehors du cocon familial, c'est l'enfer. A l'intérieur, le paradis. L'obésité étant héréditaire chez la famille de Caterina, chacun s'aime et se chouchoute les uns des autres. Mais même là, à l'approche de ses dix-huit ans, Caterina n'en peut plus. Ce n'est pas ça, « La vraie vie ».
Dire que Caterina ne m'a pas touchée serait un mensonge. Sa colère est légitime et sa souffrance est palpable. Mais, Caterina reste malgré tout un personnage quelque peu antipathique. Ses pensées suintent la rage, la colère, la rancœur, et c'est assez étouffant à lire. Parfois, il arrive de ne pas comprendre ses ressentis car ils ne sont pas du tout en adéquation avec la situation. Au final, oui, Caterina m'a touchée, mais je ne me suis pas du tout attachée à elle.
Au delà de ça, le récit souffre de lenteur. Le roman est court mais il paraît bien plus long avec cette atmosphère pesante... D'autant plus que le déclic qu'attend le lecteur apparaît tardivement. La plume n'est pas là pour compenser cette impression. Elle se veut poétique, pleine de métaphores, mais elle est en définitive très confuse (je ne sais pas, après, si ça vient de la traduction). Ce qui est sincèrement dommage quand beaucoup de choses sur la souffrance mentale due à l'obésité et à la société sont vraies et méritent d'être lues, entendues, et comprises.
En conclusion: Un roman qui me laisse sur un sentiment mi-figue mi-raisin. Je ne pense pas que mon ressenti est du au fait d'en avoir beaucoup attendu ; Caterina reste un personnage qui m'a fortement surprise par sa rancœur permanente envers et contre tous. Bref, Moi, la grosse est un roman qui peut être touchant, mais aussi étouffant par ailleurs.

« - Je ne me serais jamais permis de vous élever différemment, de vous avertir que, dehors, ce serait difficile, qu'on se moquerait de vous. Parce que ça revenait à condamner tout le monde, par anticipation.
- Mais ils sont tous coupables, dehors, maman...
- Non, c'est faux, tout le monde n'est pas méchant. Moi, j'ai été une jeune fille superficielle et même frivole, coquette, qui aimait le maquillage et les sorties du samedi soir: et c'est vrai, j'ai souffert, beaucoup. Mais toi, en grandissant, on a vu que t'intéressait à tant de sujets, tant d'activités, alors j'étais certaine que tu trouverais de belles choses, parmi tout ce qui te passionnait...
- Non. Tu auras beau faire, penser, dire de belles choses, les autres ne t'écouteront pas si tu n'es pas belle, mais moche et grosse. Et une belle pensée qu'on garde pour soi devient moche. »

Je le conseille à: Seulement ceux qui sont curieux et souhaitent se faire leur propre avis. Si vous ne l'êtes pas, je dirais de passer votre chemin.

Prochaine lecture: Les célibataires, tome 1: Lord Scandale d'Emma Wildes.

21 août 2016

Sunday's books #94.

Sunday's books est un rendez-vous hebdomadaire crée par Saefiel, et la récapitulation se fait sur son blog.
Pour ma part, il y aura trois parties:
« Mes petites lectures » qui reprend mes lectures passées, en cours, et à venir, comme le C'est lundi.
« L'espace cocon » qui remplace le Lifetime car je n'aime pas spécialement parler de ma vie, alors je parlerai plutôt plutôt de choses comme séries, photos, etc, à voir.
« Côté blogs » qui récapitule mes articles de la semaine et où je partagerai les chroniques qui m'ont marquée sur les blogs que je suis activement.

---
---

Ce que j'ai lu ces deux dernières semaines:

J'ai fini Les Outrepasseurs avec le troisième et dernier tome qui a été une excellente lecture ! Pas de coup de cœur, mais un vrai régal tout de même. J'ai fait ensuite connaissance avec Tate et Miles, et leur romance vraiment mignonne, en lisant Ugly Love. Et j'ai terminé avec Moi, la grosse (il me reste 50 pages mais ce sera bouclé ce soir !), un roman qui, malgré des vérités sur la souffrance mentale de l'obésité, reste assez confus au niveau du récit.

Ce que je suis en train de lire en ce moment:



Les célibataires, tome 1: Lord Scandale d'Emma Wildes.
Une querelle ancestrale oppose les St. James au comte de Hathaway. Or ce dernier détient un objet qui peut leur nuire: la clé d'un mystérieux tombeau. Alexander St. James est donc chargé par sa grand-mère de la récupérer et, une nuit, il s'introduit au domicile du comte. C'est alors qu'il est surpris par la fille de la maison, dont l'angélique beauté le foudroie. Lui, le libertin notoire, s'éprendre d'une ingénue ? Cela n'a pas de sens.
Mais lorsqu'il revoit lady Amelia, il la trouve encore plus fascinante. Il ignore pourtant qu'un terrible secret de famille leur interdit à tout jamais d'aimer...



Ce que je vais lire ensuite:

Une semaine placée sous le signe de la VO (hormis Lord Scandale). Je compte lire le second tome d'Half Bad et le quatrième tome de La Sélection.

---
---

• Mes séries de ces deux semaines •

- Guilt: Saison 01, épisodes 04 et 05. La lenteur se fait ressentir.
- Kamigami no Asobi: Saison 01, épisodes 01 à 06. Y a mieux mais ça se laisse regarder.

• Le film de ces deux semaines •

- Ghosbusters (18/20): Ce film est AU TOP. J'ai déjà envie de le revoir, pour vous dire ! Je me suis bien amusée, et nos quatre chasseuses de fantômes sont vraiment excellentes. Big mention pour Patty et Jillian !

---
---

Sur le blog ces deux dernières semaines:

Chroniques: Les Outrepasseurs, T3: Le libérateur (19/20) | Ugly Love (17,5/20).

Chez les autres:

- My little anchor a poursuivi l'aventure Outlander, le T3: Le voyage !
- Les petits mots de Saefiel me donne envie de lire The memory book avec son coup de ♥
- Aventure livresque a trouvé Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers si beau qu'elle ne peut le noter :)


Je vous souhaite une bonne semaine et de belles lectures !
Bisous ♥
Decorated Christmas Tree